Déclaration sur la célébration du 9 mai

Les célébrations d’aujourd’hui dans les villes russes résument la transformation décevante du jour de la Victoire, jour de commémoration de la tragédie, en véritable fête de la guerre. Ces dernières années, Vladimir Poutine s’est complètement approprié le Jour national du Souvenir, le transformant en un outil de propagande de guerre.

Le défilé sur la Place Rouge a pour toile de fond l’action militaire en cours de l’armée russe en Ukraine. Selon les derniers chiffres de l’ONU, l’attaque russe a tué 3 309 civils, dont 234 enfants. Sous couvert de « libérer » l’Ukraine des « nazis », l’armée russe détruit les villes ukrainiennes et lance des missiles sur des immeubles résidentiels, des hôpitaux et des gares. Cela ne peut être ni justifié ni expliqué. Sous le slogan de la lutte contre le nazisme, l’État russe copie la rhétorique et la stylistique du régime nazi, tandis que le ministre des affaires étrangères fait ouvertement allusion à la responsabilité des Juifs dans l’Holocauste.

À l’occasion du 77e anniversaire de la fin de la pire guerre du siècle, la menace d’une frappe nucléaire de la Russie est sérieusement évoquée.

Nous considérons les actions du Kremlin comme une trahison du peuple russe et des intérêts nationaux de la Russie, et comme une profanation de la mémoire des plus de 26 millions de citoyens soviétiques qui ont péri pendant la Grande Guerre patriotique.

L’interdiction effective du mot « guerre » aujourd’hui confirme le rejet absolu de la guerre dans la société qui, contrairement à la propagande, garde vivante la mémoire de la tragédie de 1941-1945. Malgré la menace pour la vie et la santé, des milliers de manifestants en Russie sortent sous les slogans « Non à la guerre ». Nous appelons nos compatriotes à prendre part au mouvement anti-guerre, à venir aux rassemblements anti-guerre en dehors de la Russie et à diffuser la vérité en dépit de la censure.

Membres du comité anti-guerre de Russie

  • Sergey Aleksashenko, économiste
  • Marat Guelman, marchand d’art
  • Dmitry Gudkov, politicien
  • Sergey Guriev, économiste
  • Boris Zimin, entrepreneur
  • Garry Kasparov, politicien, 13e champion du monde d’échecs
  • Mikhail Kasyanov, politicien, ancien Premier ministre russe
  • Yevgeny Kiselyov, journaliste
  • Mikhail Kokorich, entrepreneur, ingénieur
  • Yulia Latynina, écrivaine, journaliste
  • Yelena Lukyanova, avocate
  • Yury Pivovarov, historien, membre de l’Académie des sciences de Russie
  • Mikhail Khodorkovsky, personnalité publique
  • Evgeny Chichvarkin, entrepreneur
  • Konstantin Chumakov, scientifique
  • Viktor Shenderovich, écrivain
Partager